Yin Yoga

J’ai commencé la pratique du yin yoga en juin 2018 après la méningite de Coline, ma fille alors âgée d’un an. J’ai établi mon programme quotidien à l’aide de livres et de cours que j’ai suivis (ceux d’Anaïs chez Yay Yoga que je remercie profondément). Cette pratique a été une révélation pour moi car elle m’a apporté ce dont j’avais besoin pile à ce moment-là : silence, intériorité, méditation en mouvement, relâchement du corps, étirements intenses et régénération globale du corps et du mental à l’issue de la pratique. Vitalité retrouvée !

Forte de ces expériences, j’ai cherché une formation – cette formation me tenait à coeur depuis environ 3 ans déjà ; et je l’ai trouvée auprès de Gemma Vassalo. J’ai été formée et diplômée de Yin Yoga (50h reconnues par la Yoga Alliance) en mars dernier. Etrangement, j’ai eu besoin de temps d’intégration de cette formation alors que je pratiquais tous les jours depuis presqu’un an. Le cours de yin du mardi à l’Annexe depuis le 18 juin dernier a été à la fois l’aboutissement et le challenge qu’il me fallait.

Partager cette expérience personnelle avec vous ne vous donne pas d’éléments concrets sur le yin yoga, mais les voici maintenant !

***

Le Yin Yoga est issu du taoïsme et de la médecine chinoise.

On oppose souvent yin et yang alors qu’ils sont complémentaires : remémorez-vous le symbole :

Yin Yoga

Le monde dans lequel nous vivons est rapide, Yang. L’efficacité, la rentabilité et l’obsession de gagner toujours plus est de plus en plus prégnante.

Le Yin Yoga vient, au contraire, étirer ce temps, amener plus de présence de nous-mêmes dans notre vie quotidienne. Il vient contrebalancer nos vies « speed », notre pratique de yoga yang (vinyasa, ashtanga…) pour nous ramener au moment présent.

Le yin yoga s’apparente plutôt à une méditation (en mouvement) car les postures sont tenues un certains temps (de 3 à 5 voire 10 minutes), sans bouger ou en essayant de rester le plus immobile et silencieux possible. A partir d’une minute dans la posture les tissus conjonctifs sont sollicités. Lorsqu’une pression ou un étirement est appliqué, ces tissus conjonctifs s’allongent, se renforcent et s’ouvrent lentement libérant ainsi les tensions.

C’est une pratique (qui peut être intense) sur les plans physique, émotionnel et mental : le yin yoga nous renvoie à nous-même, nos sensations, nos émotions et peut nous permettre de mieux nous comprendre. Les tissus sont essorés et nous retrouvons une meilleure mobilité générale dans le corps (physique, émotionnel et mental).

Retrouvez-moi chaque semaine le mardi de 12h30 à 14h à l’Annexe de Yay Yoga (1 rue Eugène Carrière Paris 18ème).